Faubourg-Saint-Sulpice---Vestiaire-idéal


« Lire cet article en 6 secondes »

  • dépassez les clichés, la mode n’est plus l’apanage des femmes 
  • un âge charnière aussi complexe qu’exaltant 
  • pas question de passer pour un vieux beau, on évite le total look 

Outrepassée la crise de la quarantaine, faites le point sur votre style avec la Maison Faubourg Saint-Sulpice !

MATURITE – ASSURANCE – SERENITE

Dépassez la fonction utilitaire du vêtement

Hormis le fait que les vêtements vous permettent de ne pas être tout nu en public, ils ne doivent pas être réduits à cette seule caractéristique. Il est temps de ne plus concevoir votre vestiaire comme un élément rationnel et pragmatique. Confortablement installé dans votre vie active, avec un pouvoir d’achat bien supérieure au petit jeunot que vous étiez durant vos années fac, vous n’avez plus d’excuse pour ne pas prendre soin de votre look !

Une génération peu éduquée sur l’habillement conduisant l’homme a négligé son apparence de peur d’être étiqueté, trop propret. Pourtant, la mode masculine a considérablement évolué et elle n’est plus stigmatisée comme un domaine exclusivement féminin.   

Entre intemporalité et tendance

faubourg-saint-sulpice-vestiaire-ideal

A cet âge charnière, la problématique est la suivante : Comment ne pas faire vieux-beau ? Le cliché de l’homme quadra ultra bronzé, rollex au poignet et affichant fièrement sa réussite sociale et son goût pour les midinettes. Si vous ne souhaitez pas ressembler à ce type de modèles masculins, restez avec nous.

Le juste équilibre est complexe à définir tant il est personnel et se doit d’être raccord avec votre CV (curriculum vestimentaire). Autrement dit, il est crucial de prendre en compte votre passif en matière de mode pour comprendre et analyser vos attentes.

Même si l’on parle d’intemporalité, il n’est pas question ici de faire le point sur les basiques. Largement évoqué à 25 ans, les basiques ne doivent plus être la majorité des pièces de votre vestiaire. Il ne s’agit pas non plus de se déguiser. Le vêtement n’est plus le porte-drapeau de ce que j’ambitionne mais il devient l’emblème de ce que je suis. L’équilibre réside dans la réconciliation de soi-même sur le plan stylistique.

Le moment de vérité

A 35 ans, les hommes d’aujourd’hui correspondent approximativement à la première génération où la mode ne fut plus l’apanage des femmes. Une libération des mœurs transformant les habitudes d’achat des hommes en véritables consommateurs de mode.

A 45 ans, ce tournant est plus difficile à appréhender car c’est un âge un peu à contre-courant. Un entre-deux âges où l’on n’est ni vraiment jeune ni vraiment vieux. C’est un âge délicat, le temps de s’assumer pour les retardataires. On n’est plus dans l’idée de prouver, de faire carrière mais bien d’être en phase avec sa personnalité et son style.

Pour certains, il peut s’agir  d’une réorientation de carrière entraînant par ailleurs une réorientation de communication à travers le vêtement. L’opportunité de prouver qui vous êtes sans devoir justifier de vos choix stylistiques. C’est également un âge introspectif où il est bon de s’écouter et de se faire confiance.  

La juste mesure

faubourg-saint-sulpice-vestiaire-ideal

Au-delà d’assumer ses goûts, il est important de le faire consciemment et pas n’importe comment. L’insouciance n’étant plus « pardonnable » à cet âge, osez par touche.

Faites-vous plaisir à essayer des choses nouvelles mais sans tomber dans le total look.

Vous aimez le style streetwear très populaire ces dernières années mais vous vous l’interdisez. Ne vous restreignez pas et achetez une pièce forte comme une paire de Stan Smith, une casquette, un sweatshirt. Le principe est de l’intégrer à une silhouette nouvelle comme un jean brut, une veste déstructurée… Un bon mix entre une tenue efficace et sobre le tout boosté par une pièce marquée qui sort de vos uniformes habituels.  

Ce qu’il faut retenir :

Plus question de rester sur vos préceptes d’antan. Il est temps de se faire plaisir ! L’âge où l’on ne doit plus essayer de se faire accepter, mais de s’accepter. Un chiffre ambiguë qui vous permet de jouer sur plusieurs tableaux, un exercice aussi difficile qu’exaltant. L’idée est de vous faire plaisir mais par touche, au risque de passer pour un vieux beau.  

Allison Devillers


Crédits : mens fashion hooker/ off the cuffldn/ gastrochic