Faubourg Saint-Sulpice - L'histoire du smoking


 « Lire cet article en 6 secondes »

  • De veston d’intérieur à tenue de gala, le smoking a su s’adapter à son environnement
  • C’est Edouard VII qui a donné au smoking ses lettres de noblesse 
  • Tuxedo ou smoking ? Choisissez votre camp

Associé à l’élégance ultime, le smoking n’a pas toujours été celui que l’on connaît. Avant que James Bond n’en fasse son costume officiel, retour sur cet habit pas comme les autres.  

De la veste d’intérieur à la tenue de gala

Faubourg Saint-Sulpice - L'histoire du smoking

C’est à partir de 1860 que le smoking apparut. A l’époque, il s’agissait d’une veste d’intérieur fluide que les hommes portaient dans le fumoir pour ne pas imprégner leurs vêtements de l’odeur du tabac. Un lieu où il faisait bon fumer le cigare et boire un digestif tout en parlant politique. Loin des caractéristiques qu’on lui connaît aujourd’hui, cet habit pouvait être en flanelle, velours ou cachemire doté d’un lien de serrage. Ainsi, il ne fallut pas longtemps pour la nommer smoking en raison de son utilisation exclusivement au fumoir. Alors que ces lieux extrêmement masculins ont peu à peu disparu du paysage, le smoking lui est parvenu à se faire une place au soleil.

Edouard VII l’avant-gardiste

Faubourg Saint-Sulpice - L'histoire du smoking

« La smoking jacket » comme on la nommait au départ, connut une transformation grâce au Prince de Galles, Edouard VII. Ce monarque toujours à la recherche de nouveauté, aurait selon les dires, demandé à la maison de tailleur Henry Pool & Co d’adapter cet apparat pour les dîners et les loisirs. Apparu alors, une boutonnière simple et de la rigidité afin d’apporter plus de tenue à cette veste d’intérieur. Cependant, elle ne perdit pas son confort faisant concurrence au fil du temps à l’habit de soirée, la traditionnelle queue-de-pie.


Smoking Faubourg Saint Sulpice


Tuxedo ou smoking ?

Faubourg Saint-Sulpice - L'histoire du smoking

Même si l’on doit la création du smoking à nos amis anglais, sa popularité provient d’Outre-Atlantique. Invité lors d’une soirée chez le millionnaire James Brown Potter, Edouard VII se présenta dans son nouvel habit fétiche. Le riche américain ne mit pas longtemps pour s’en inspirer et lui donna le nom de tuxedo en raison de Tuxedo Park, la banlieue de New-York où il résidait. Grâce à son flair, James Brown Potter fit du smoking cet ensemble que les hommes aiment tant revêtir pour des événements spéciaux.

Tuxedo pour les Américains, smoking pour les anglais, l’un comme l’autre désigne désormais ce veston noir à col châle et au revers satiné qui ont fait les beaux jours d’îcones d’hier et d’aujourd’hui ; de Fred Astaire à Cary Grant en passant par Ryan Gosling et son smoking bleu nuit, aucun homme n’y résiste.

Ce qu’il faut retenir :

D’habit de fumoir à tenue de soirée, le smoking connut de nombreuses évolutions stylistiques. Une transformation radicale que l’on doit à Edouard VII avant-gardiste dans l’âme. Tuxedo ou smoking, les appellations divergent mais la forme elle, se diversifie peu. La tradition voulant un col châle satiné et un pantalon doté d’une large bande de satin à la taille. 

Allison Devillers


Crédits : Allociné/ Black tie guide/ Vanity fair – Courtesy of the Academy of Motions of Pictures Arts and Sciences/ Socialite life/ My dapper box