Tendance - Le dufflecoat - The Men Times par Faubourg Saint Sulpice - Dufflecoat Mango
Beaucoup de pièces masculines trouvent leurs origines dans le domaine militaire mais pour qu’une pièce devienne culte, il faut qu’elle soit appréciée du grand public. C’est grâce au port du duffle-coat par de grandes célébrités que celui-ci est devenu un classique incontournable du vestiaire masculin. Le couple d’acteurs Michael Wilding et Elizabeth Taylor ont ainsi revêtu le duffle-coat tout comme le chanteur Noel Gallagher (du groupe Oasis) durant le festival de Glastonburry en 1995. Bref, indémodable le duffle-coat est indéniablement un manteau sur lequel il faut et faudra encore compter un bon bout de temps !

Le duffle-coat, un manteau belge ou anglais ?

Le duffle est un tissu très épais, une étoffe grossière, en laine cardée et grattée sur les deux faces. « Duffle » est un dérivé du nom d’une ville de Belgique d’où provient la laine pour la fabrication : Duffel-Zandhoven située en région flamande. Les premiers à avoir revêtu des manteaux conçus en duffle étaient les pêcheurs belges. A l’époque combattre les vents glacials de la Mer du Nord était une vraie prouesse, cette laine épaisse au tissage très serré apportait aux pêcheurs une chaleur suffisamment élevée pour tenir pendant de longs mois.

Le premier « vrai » Duffle-Coat aurait été dessiné par l’anglais John Partridge, un fournisseur de vêtements, à la fin du XIXème siècle. S’il est difficile de définir précisément s’il a été dessiné spécialement pour la marine britannique, c’est son adoption officielle par les marins de la Royal Navy en tant que vêtement militaire lors de la seconde guerre mondiale qui a fait sa popularité.

Le maréchal Montgomery fut en grande partie à l’origine du succès lorsqu’il l’a adopté comme tenue favorite durant la guerre. On surnomma d’ailleurs le manteau “The Monty”. Après la seconde guerre mondiale, le Duffle-Coat se fait plus discret et le surplus est vendu bradé au grand public, perdant ainsi de sa connotation militaire. Cette accession à un public plus large forge sa réputation et sa popularité auprès des étudiants anglais et français. Ce sont Harold et Freda Morris, du groupe Gloverall (fondé pour l’occasion), qui se sont vus offrir la possibilité de racheté ce surplus par le Ministère de la Défense du Royaume-Uni. Une fois le stock écoulé, pas question d’abandonner une si belle opportunité. C’est alors que Gloverall décide de concevoir et produire eux-mêmes des Duffle-Coats en retravaillant leur style pour l’adapter à la vie de tous les jours.

Le Duffle-Coat se répand et devient, dans les années 50/60, le symbole vestimentaire des rebelles. Les jeunes, les étudiants en art et autres beatniks l’arborent fièrement. Le Duffle-Coat est porté par des stars comme John Wayne, des icônes glamours mais aussi de grands sportifs britanniques. Puis les membres de la famille royale, les Teddy Boys, les intellectuels, etc. pour devenir ce qu’il est aujourd’hui.

Tendance - Le dufflecoat - The Men Times par Faubourg Saint Sulpice - Dufflecoat Scotch&Soda Tendance - Le dufflecoat - The Men Times par Faubourg Saint Sulpice - Dufflecoat Zara
A quoi reconnaît-on un duffle-coat de tout autre manteau ? 

La forme à la fois ample et longue du duffle-coat permet de couvrir une grande partie du corps tout en laissant une certaine liberté de mouvement. C’est aussi l’un des rares manteaux arborant une large capuche, les marins pouvaient ainsi garder leur couvre-chef (casquette, béret, képi, etc.) sur la tête. Mais l’une des caractéristiques principales du Duffle-Coat est sans aucun doute son système de fermeture bien particulier : des brandebourgs en corde, en référence à Berlin où les uniformes de l’armée prussienne y étaient fabriqués avec un système de fermeture similaire, maintenant ainsi le manteau fermé avec des boutons coniques en corne de buffle ou en bois (pour certains, le premier bouton servait de sifflet). Ainsi, les marins pouvaient ouvrir et fermer leur manteau facilement sans avoir à quitter leurs gros gants.

Comment porter le duffle-coat? 

On retrouve le duffle-coat  dans une version plus « buisiness » où l’élégance est purement maîtrisée et vraiment masculine, sans en faire trop ni tomber dans la préciosité. Le duffle-coat noir met en valeur l’imprimé cachemire de la cravate, ce manteau sobre et original se distingue du caban par son col en fourrure et ses brandebourgs. Le pantalon chinos apporte une touche britannique à la tenue grâce son tartan écossais Blackwatch. La couleur rouge des chaussettes et les derbys double boucles apportent de l’audace à la tenue.

En bref… 

→   La forme à la fois ample et longue du duffle-coat permet de couvrir une grande partie du corps tout en laissant une certaine liberté de mouvement

→   C’est aussi l’un des rares manteaux arborant une large capuche

→   On peut très facilement ouvrir et fermer les boutons manteau grâce aux Brandebourgs


Crédits: Mango / Zara / Scotch&Soda